Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain
sites/koinai/IMG/jpg/5a166ea3afcb839ac968a0eb9cec30e9.jpg

Femme aujourd'hui

On leur a donné le dernier mot... ça continue !

II- Confidences de femmes

On attendait avec impatience d’autres réponses venant de ces femmes surprenantes. Ne voulant pas rester sur notre faim, elles continuent de nous livrer des confidences sur d’autres points, tout aussi révélateurs... À vous de juger et d’en tirer bon parti. Mais surtout régalez-vous...


1 vote

Je regrette de...

Que nous livrent ces femmes à propos de leurs remords ? Bien souvent, elles regrettent un plan de carrière qu’elles pensent ne pas pouvoir atteindre pour des raisons d’études inachevées. Allons, il n’est jamais trop tard ! Pourquoi vouloir nous cacher leurs regrets, par peur d’être jugées ? Avec ou sans regret, il est toujours bon de faire le point pour avancer (n’est-ce pas messieurs...), afin de rectifier le tir. Quelle charge en moins d’en parler ! Retenons une réponse assez mélancolique de la part de l’une d’entre elles, qui regrette d’être venue au monde. Certes, ces propos sont tenus selon l’humeur du jour. Je lui dirais que demain est un autre jour... Une autre a l’humeur plus gaie, une gourmande d’existence qui aurait aimé avoir plusieurs vies. Je suis certaine qu’elle pense que la vie est trop courte pour ne pas en savourer chaque moment. On lui souhaite de tout cœur d’avoir des croyances hindoues ou bouddhistes pour avoir un recours comme la réincarnation sinon, désolée, je ne vois pas ! Et une dernière qui, si elle manifeste de la retenue et feint de rester sage, n’en regrette pas moins "plein de choses". Affaire à suivre...

Quand je me fâche, je...

Quoi de plus normal pour une femme que d’avoir des états d’âme de petite boudeuse fâchée ?! Les femmes font la moue et rechignent à rester seules dans leur coin. Beaucoup d’entre elles se laissent "déborder par leurs sentiments" et crient un bon coup pour se calmer. Ça peut durer quelques instants, comme "dix jours", le temps d’avaler la pilule. Contrairement à celles pour qui ça dure, la majorité se tait et la parole se fait rare. Ne les brusquons pas, ça viendra ! Les émotives et sensibles versent quelques larmes et reviennent avec le sourire. N’oublions pas les "portes blindées" qui elles, font abstraction de leurs sentiments, même fâchées. Elles ont ce pouvoir de se contrôler, et il faudra expliquer la marche à suivre aux impulsives...

Le remède à un chagrin d’amour c’est...

On ne le souhaite à personne ! Mais peut-on avoir une vie sans le sentiment d’avoir perdu un être cher, qu’on ne pourra jamais remplacer (mais si...) et l’impression d’être vidé de tout sentiment (mais non...). Pourtant, une femme parmi les sondées affirme qu’elle n’a jamais connu de chagrin d’amour. Moi je dis, mieux vaut avoir aimé beaucoup et souffert un peu, plutôt que de ne pas avoir aimé du tout ! La plupart d’entre elles conseille d’oublier l’histoire ancienne et de passer à la nouvelle. Une autre préfère dire "qu’il ne faut pas oublier", mais trouver un nouvel amoureux digne de ce nom, qui cicatrise au passage l’âme blessée. Il y a aussi celles qui abusent, comme Sue Helen dans "Dallas", de "vodka" après une histoire brisée. Trinquez plutôt à la prochaine histoire comme le prescrit l’une d’entre elles ! Sans vous dissuader, ces femmes savent de quoi elles parlent, comme celles qui s’attaquent au frigo (attention aux hanches !) et vont faire la fête avec toute la smala de copines... Ça soulage, mais pendant un temps très court. La réalité du lendemain ressemble à une gueule de bois. Plus ou moins violente, veillez à trouver un équilibre ou ça se terminera en déprime ruinante chez le psy... Plus sérieusement, on l’a toutes compris, il n’y a qu’un remède au chagrin d’amour : aimer davantage !

Plus tard, j’aimerais habiter à ...

Alors mesdames, on rêve d’évasion ? Vous savez éperdument qu’on a toujours envie d’être et d’aller où on n’est pas ! Bizarrement, personne n’a pensé au soleil et aux cocotiers pour finir ses jours heureux... Mais ça doit être très féminin, que d’aimer la nature : ces dames aimeraient vivre à la campagne et s’y reposer, synonyme d’un endroit à soi, où l’on respire le calme et la sérénité. C’est pas croyable ! Des "mamies" avant l’âge ! Mais c’est ce qu’il en ressort en majorité... Nous avons ensuite deux femmes qui aimeraient habiter une capitale ; n’y a-t-il pas mieux ?! Deux autres aimeraient explorer l’Orient : la Chine ou le Qatar. L’une d’elles enfin aimerait aller, plus tard, sentir la fraîcheur de Montréal. On souhaite à toutes ces femmes, capables et désireuses, d’atteindre ces nouveaux horizons plus tôt qu’elles ne l’attendent. Ah ! une dernière... sans limite, l’évasion, pour elle, dépasse les frontières terrestres : "la lune". Ah, les femmes... toujours dans la lune !

Je ne pourrai jamais me passer de...

Elles répondent, avec affluence : leur progéniture... Mais faudra un jour arrêter d’être maman poule et de laisser ces petits faire leurs nids. Reste qu’elles ne peuvent pas se passer de leur famille. Une parmi d’autres est manifestement obsédée par sa dentition et ne peut pas se passer de sa brosse à dents. Nous avons croisé une petite marmotte qui fait la méridienne, un besoin vital de somnoler souvent, parce qu’elle ne peut pas s’empêcher de "squatter" son lit. Pêle-mêle, une amoureuse ne peut se passer de son "lapin", une gourmande, de chocolat ; une indépendante... de son "indépendance" et une adepte de l’auto-dérision de "se critiquer".

Rien n’a d’importance, sauf...

Celle pour qui j’ai le plus de d’admiration, et l’on peut comprendre pourquoi, s’illustre par son instinct maternel. Cette mère, dévouée, considère que rien n’est plus important que la santé de sa fille. On sait immédiatement que la famille est une valeur importante pour ces femmes. Certaines ont à l’esprit la valeur de l’amitié, probablement parce qu’en cas de mauvaises passes, le recours est évident. Sans forcément être matérialistes, "le porte-monnaie", "l’argent", peut être une autre valeur refuge... avec un aspect miroir propre à notre société occidentale contemporaine : dis-moi ce que tu possèdes et je te dirais qui tu es. Mais ça reste pour certains une futilité qui nous possède, malheureusement !

Dans une autre catégorie, on a les femmes qui se mettent en avant, qui, fières de leur personne et ce qu’elles font, sont les seules actrices de leur vie. À cela, je les y encourage vivement ! Si on ne s’aime pas, on ne risque pas de l’être par autrui. Attention ! À la juste mesure de narcissisme et d’égoïsme... Penser un petit peu aux autres... ! Une femme peut trouver important de penser à son avenir mais en vivant pleinement les instants présents. Une autre, romanesque, considérera qu’il n’y a que l’amour et rien que l’amour, ce sentiment d’ivresse et de passion. Comment lui dire qu’il faut penser à descendre de son nuage... et puis non ! L’une pense que c’est vraiment important de s’interroger, mais de ne pas trop forcer ou bien l’on risquerait une surchauffe de neurones ! On donnera le dernier mot à la femme qui trouve qu’il n’y a que "l’essentiel" de vraiment capital...

On dit de moi...

Pour "les sourdes d’oreilles", l’avis d’autrui les concernant ne les intéresse point. Elles sont plutôt du genre à écouter leur conscience. Allons, faites un petit effort pour écouter ce que l’on dit de vous ! Mais quand on ne fait pas l’effort d’écouter, on ne fait qu’entendre ! Le plus grand nombre de femmes savent qu’il faut écouter les compliments, les louanges à leur égard. Voilà une très bonne attitude à adopter pour aller dans le bon sens. On dit des moins conventionnelles et des plus catégoriques qu’elles sont "râleuses" et "casse-c..." biiiiip !!! Attention à la vulgarité... Il faut avouer que c’est sans détour, et c’est un bon point que d’avouer l’un de ses défauts. On dit de l’une d’entre elles qu’elle est "un homme". Peut-être en a-t-elle l’apparence, et la force de caractère ? Autant dire que cela peut en défriser quelques-unes, mais si ce n’est pas le cas, c’est qu’on se fout pas mal du qu’en dira-t-on !

Si j’étais un homme ...

Il nous faudrait le don d’ubiquité... Sans prendre la place du sexe opposé, beaucoup aimeraient savoir ce que ces messieurs pensent des femmes. Quand on en donne l’occasion, il n’y a plus personne... Visiblement, c’est très dur, voire impensable, de se mettre à la place d’un homme. Certaines n’arrivent même pas à y penser : "Je ne me vois pas en homme", et se laissent déborder par leur côté très féministe. Prenons l’exemple de celle qui répond "NON, ET VIVE LA FEMME !" Des femmes exposent clairement le relationnel entre hommes et femmes. Elles ont pour objectif de faire passer un message aux hommes, ou plutôt de leur donner quelques conseils... Commencer d’arrêter de se comporter comme des enfants et d’arrêter de mentir. D’autres pensent que si elles étaient "hommes", elles "feraient le tour du monde" ou encore, "auraient plus de liberté". Elles auraient donc plus de liberté dans leurs choix et dans leur vie. Allons, la femme est déjà capable de tout ça.... et bien plus ! Une autre ferait plus de bêtises si elle était un homme. Moi je dirais qu’on n’a pas besoin d’être à leur place pour en faire plus. Une serait "Capitaine". Vous comprendrez qu’elle se réfère à la chanson de Diane Tell et par conséquent, serait un homme très romantique. Dans la même catégorie, une autre répond tout simplement qu’elle "comblerait les femmes", que de générosité... On va commencer à douter des bons côtés de l’homme et on finira par ne plus en avoir besoin ! Une fantaisiste a un regard pour le moins surprenant : elle serait "Dieu". Enfin, on donnera le dernier mot à une poète, dont la réplique est unanime : "... je demanderais à Dieu de faire deux cœurs à la femme, pour que s’il y en a un qui se brise, elle aura l’autre pour survivre". C’est d’une humanité grandiose ! Ah, si les hommes savaient tout ça...

Réactions à ce article

8 Messages de forum

Réagir à ce article

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain