koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

Industries Marseillaises

Voyage au pays des santons

Suivez le guide !

Nous avons visité quelques ateliers et autres boutiques de santonniers à Marseille. La liste est loin d’être exhaustive, certes, mais elle vous donnera néanmoins une petite idée de l’art et la manière de créer ces figurines si spécifiquement provençales et qui n’en connaissent pas moins un succès croissant par-delà les frontières.


2 votes
Au pays de Pagnol - photo : JLopez
 Au pays de Pagnol - photo : JLopez

Les santons Arterra

Cette boutique artisanale existe depuis neuf ans. Elle emploie quinze personnes. Onze travaillent en atelier et quatre en magasin. L’accueil y est très chaleureux. Pour assister à la fabrication des santons, il faut prendre rendez-vous par téléphone quelques jours à l’avance, en précisant que vous voulez visiter l’atelier. La visite dure alors environ un quart d’heure. Les passages à l’improviste sont possibles. Une personne se fera un plaisir de vous expliquer la fabrication du santon et vous pourrez voir deux artisans peindre les personnages sur un établi.

Le mode de fabrication est typique. Les différents santons sont fabriqués dans des moules, puis sculptés, modelés, séchés et cuits pendant douze heures. Les santons sont ensuite décorés avec de la peinture acrylique pour faciliter le nettoyage. Il faut en tout deux ou trois jours.

Parmi les 140 modèles de la collection, il existe différentes tailles, de 7 à 30 cm. Leurs prix varient de 11 à 235 euros ! Ils sont vendus en boutique et par le biais de revendeurs sur le territoire national. En plus des santons à caractère religieux, la boutique propose des objets typiquement provençaux. Les créations sont exposées sur leur site Internet [1], mais non commercialisées.

Les santons Marcel Carbonel

Ici, les locaux sont plus grands. Le vaste atelier emploie une vingtaine de personnes. Une trentaine de mouleurs et de décorateurs travaillent à domicile. La production s’élève à 800 modèles (de 2,5 à 15 cm et de 10,40 à 86,50 euros). Sans compter les divers accessoires.

Cette fabrique est l’une des plus importantes de Marseille. Et aussi une des plus vieilles. Les santons y sont fabriqués depuis 1935. Des visites guidées des ateliers sont organisées depuis un peu plus de cinq ans, sur rendez-vous.

La guide vous accompagnera tout au long du processus de fabrication. Elle vous fera elle-même des démonstrations et vous montrera le travail de chacun des ouvriers qui s’exécutent en direct sous vos yeux.

Pour commencer, elle vous montrera les moules mères, en plâtre, coulés autour d’un modèle original de santon. Ensuite, les moules sont enduits de talc et pressés autour d’un boudin d’argile, démonstration à l’appui. Puis, les santons obtenus sont ébarbés et retouchés à la main. Ils sèchent une semaine puis sont cuits pendant douze heures dans un grand four, comme à la boulangerie... 2000 pièces sont enfournées en moyenne ! Les figurines sont peintes à la main, sauf les modèles d’une seule couleur ou en dégradés, nécessitant une peinture au pistolet. Un employé élabore les couleurs à partir d’un mélange de pigments et de gomme arabique. Vous pourrez aussi voir les ouvriers travailler les étables, qui sont faites en carton et posées sur un socle en bois. Leurs tuiles sont en carton ondulé, en plâtre ou en argile. Et les murs sont crépis puis noircis au brou de noix pour faire ancien.

A deux pas de l’atelier, se trouvent une boutique ainsi qu’un petit musée. Pour entrer, pas besoin de rendez-vous. Pensez seulement à vérifier les horaires d’ouverture avant d’y aller. Vous verrez des santons de tout pays et en tout genre, certains en porcelaine, d’autres en papier et même en maïs ! La visite est gratuite. En attendant, vous pouvez consulter leur site internet [2]

Les santons Devouassoux et Della Maggiora

Ici, l’art santonnier se met en mouvement... Certaines pièces (santons, crèches ou fontaines) sont articulées, grâce à un petit moteur électrique. Les matériaux restent, eux, traditionnels : santons en argile, crèches en plâtre, fontaines en résine et décoration à la peinture acrylique.

Les santons Devouassoux existent depuis déjà trois générations. Les santons Della Maggiora ont environ quinze ans. Les ateliers de ces deux santonniers se trouvent respectivement à Meyrargues et dans le quartier de Sainte-Marthe à Marseille, mais ils exposent et vendent leurs créations dans une même boutique, récemment ouverte, dans le quartier du Panier, qui abrite beaucoup de santonniers. Il n’y a pas de visite prévue, mais les vendeurs vous éclaireront volontiers sur leur travail.

Ils vous expliqueront qu’ils fabriquaient, au début, surtout des crèches. La concurrence les a forcés à se diversifier. Ils ont alors fait des santons. Comme il s’agit d’un marché saisonnier, ils proposent aussi des pendules ou encore des diffuseurs de parfums pour l’été.

P.-S.

Si cet article vous a mis en appétit, ne manquez surtout pas l’occasion de venir admirer des milliers de santons, de crèches et autres accessoires à la Foire aux Santons, le long de la Canebière, de la fin du mois de Novembre au début du mois de Janvier, un évènement bicentenaire !

Voyez à ce sujet les sites suivants :

- http://www.marseille-tourisme.com/s...

- http://www.cote.azur.fr/actualites/...

Et aussi deux sites qui référencent les coordonnées de plusieurs santonniers :

- http://www.recherche.aol.fr/rech?id...

- http://www.aix-en-provence.com/ancp...

Et enfin des sites consacrés à la crèche provençale et aux santons :

- http://www.joyeuse-fete.com/joyeux-...

- http://perso.leval.mageos.com/pages...

Réactions à

4 Messages de forum

  • Voyage au pays des santons 8 décembre 2007 11:33, par jl barou

    Bonjour,

    Je viens de parcourir le document ou les santons de Monsieur Marcel Carbonel embauchait des mouleurs, décorateurs,...travaillant à leur domicile.
    J’habite dans les Hautes Alpes à 1500 mêtres d’altitude, et je souhaiterai vivement travailler pour des santonniers, en précisant que je me déplacerai pour une formation, et prendre le matériel necessaire, cela fait tellement d’années que je souhaite vivement faire de la décoration de santon.
    Merci beaucoup pour votre aide et réponse que j’attend avec impatience. Dans le cas ou cela ne serait pas possible, pouvez vous m’indiquer qui embauche à domicile dans ce domaine.
    Cordialement à vous, jean-luc Barou

    Répondre à ce message

  • Voyage au pays des santons 3 août 2009 15:57, par parodu

    Bonjour !
    J’ai trouvé cer article trés intéressant et cultivant sur l’art de faire les santons mais je me posais une ou deux questions si un foromeur pouvait m’y répondre ce serait sympa :
    - Est ce une activité que l’on fait dans l’année ou les santonniers ont une activité secondaire et quel est le profil du client qui achète les santons à 86,50 euros sans accessoires ?

    Répondre à ce message

  • Voyage au pays des santons 6 décembre 2010 12:33, par isabelle

    Bonjour , je recherche un travail à faire à la maison.Je suis dissponible tous les aprés midi.Sérieuse dans mon travail.J’aimerais savoir si vous pouvez me conseiller pour avoir un contact pour peindre des santons à domicile ? merci beaucoup , cordialement isatis81 [chez] wanadoo.fr

    Répondre à ce message

  • Voyage au pays des santons 13 septembre 2011 23:20

    Bonjour,

    Suggestion aux précédents intervenants : si vous cherchez des contacts professionnels pour travailler dans ce domaine, mieux vaut contacter directement les santonniers car toutes les informations que pouvaient apporter les rédacteurs de cet article y figurent et depuis ils sont passés à autre chose et ne sont pas forcément en mesure de consacrer tout le temps et l’énergie nécessaire à une telle investigation.
    Profitez des liens internet donnés, explorez-les, contactez les santonniers par internet ou directement lors des foires ou dans leurs ateliers, etc., c’est le seul moyen d’aboutir dans vos démarches par ailleurs admirables ! Courage !

    Cordialement,

    LM

    Répondre à ce message

Réagir à

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences