koinai.net

Témoignage urbain

koinai.net

Témoignage urbain

Brèves de trottoir

C’est moi qui passe devant !

C’est l’après-midi, rue d’Aubagne. Jean Charroing, soixante-deux ans, attache son vélo sur un poteau de fortune. Il s’apprête à entrer dans une boutique. Interpellation avant achats.


C'est moi qui passe devant !
 C’est moi qui passe devant !

Koinai : Avez-vous une voiture ?
Oui, tout à fait. Je la prends pour sortir de la ville, en particulier pendant le week-end . À chaque fois que je peux m’en passer, je circule en train ou en vélo. Je prends beaucoup le train, quand je suis tout seul, parce que j’ai une carte de réduction de cinquante pour cent.

K : Au-delà de combien de kilomètres prenez-vous votre vélo ou votre voiture ?
Dès que je sors de la ville, je prends ma voiture et pour le vélo dès que j’ai une course à trois cents mètres de la maison. En dessous de cette distance, je vais à pied.

K : Qu’entendez-vous par « en dehors de la ville » ?
Dès qu’il n’y a plus de transports en commun.

K : Que pensez-vous de l’arrivée du tram ?
Je trouve que le trajet est très mal fait, par rapport au métro, à mes déplacements, ça n’a aucun intérêt.

K : Quel serait, pour vous, le prix idéal d’un ticket de tram ?
Un euro la course.

K : Quand les travaux ont-ils débuté ?
Fin deux-mille quatre, début deux-mille cinq. Il dureront jusqu’en deux-mille sept.

K : Savez-vous ce qui attend les cyclistes ?
J’ai vu qu’il y avait quelques projets pas très clairs.

K : Il semblerait que les pistes cyclables suivront celles du tram, qu’en pensez-vous ?
Ah ! Très bien. Entre les rails, ou à côté ? Parce que c’est un problème. Le problème des cyclistes, c’est qu’il ne faut pas qu’ils aillent dans les rails, sinon ils tombent !

K : Rencontrez-vous des problèmes de circulation ?
Ici, les voitures, les piétons, ne sont pas du tout habitués aux cyclistes, donc je passe mon temps à les éviter. Il suffirait d’arrêter les voitures, ce serait très bien.

K : Vous sentez-vous en danger ?
Oui, tout à fait.

K : Vous agresse-t-on quand vous êtes en vélo ?
Au contraire, les gens sont sympathiques, mais complètement étonnés. Généralement, il n’y a pas d’agressivité.

K : ‘‘Les automobilistes vous reprochent-ils votre lenteur ?
Non, généralement, ils sont bloqués. C’est moi qui passe devant !

Propos recueillis par Carmen Afarian le 8 décembre 2005 ; rédaction : Patricia Rouillard.

Réactions à ce temoignage

7 Messages de forum

Réagir à ce temoignage

Creative Commons License Témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences