Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

Inventaires

Si la vitrine marseillaise est connue à travers le monde, ce qui nous intéresse ici, ce sont plutôt les saveurs, les objets, les tendances un brin insolites, créées in situ ou adoptées par les marseillais.
Ainsi, on observe dans la rue, la prolifération de ces sacs rayés, très résistants, des gens de tous âges déguisés en joueurs de l’OM, des taxiphones, des fast-food hallal, cacher, ou asiatiques ou même ces distributeurs automatiques d’appâts pour la pêche.
Des plats, des commerces, des coutumes, Marseille a toujours eu cette capacité d’absorber des pratiques externes, pour finir par leur donner sa propre patine locale. N’est-ce pas là sa vocation ?

Seize articles.

Inventaires

L’Asie gourmande

Bref inventaire subjectif

Jeudi 17 juin 2004 : sous la houlette de Julie, anthropologue en chef, six documentalistes de Koinai débarquent dans les grandes surfaces asiatiques du boulevard de Plombières. Leur but ? Vous donner une idée de la nourriture que vous pourrez y trouver, s’il vous prend l’envie d’y aller faire vos courses...


4 votes
L'Asie gourmande
 L’Asie gourmande

D’abord, Paris Store, dans le centre commercial Asiane III. Celui-ci ressemble à n’importe quel supermarché de Marseille ou d’ailleurs : vous y trouverez les mêmes produits de grande consommation. Mêmes produits, mêmes rayons. Mais en prime, vous découvrirez plein de produits typiquement asiatiques comme des articles de fête (encens, bougies, décorations, etc.), de la vaisselle et des ustensiles de cuisine ad hoc (paniers vapeur en bambou, en rotin ou en inox, bols, hachoirs, baguettes...) et de la nourriture asiatique en abondance, ainsi que des produits africains ou antillais.

Le deuxième magasin visité, Promo Asie, est, quant à lui, une épicerie asiatique de taille plus modeste, mais offre un choix très impressionnant, même s’il ne semble pas y avoir de surgelé ni de rayon frais.

Naturellement, les produits alimentaires asiatiques proposés sont globalement comparables. Ce qui frappe d’emblée, c’est l’omniprésence des sauces, généralement à base de soja fermenté (comme les sauces pour sushi et sashimi ou la sauce Hoi, pimentée) ou de poisson (notamment le nuoc mam, à base d’anchois ou une autre à base de poisson « tête de serpent »), sans oublier des sauces pour rouleaux de printemps ou pour huîtres, et même de la sauce graine africaine (à base de jus de palmier et d’épices).

On trouve beaucoup de produits en saumure ou au vinaigre, des aliments à base de farines de riz, de soja ou de manioc, d’épices ou de sésame, des jus de fruits exotiques et des alcools orientaux, des viandes et poissons séchés...

Nous avons fait quelques rencontres d’un autre type d’objets alimentaires non identifiés. En voici quelques-uns pour vous mettre en appétit : gâteaux de manioc ou de soja, aux haricots rouges ou à la noix de coco, feuilles de moutarde ou de tamarin, radicelles de lotus, santol, ma-kok (apparemment, ces deux derniers sont des fruits), boissons à base de chrysanthèmes, de dioscoreæ, de néflier, d’aloe vera, de graines de basilic, de sala, d’hibiscus, de rose ou de ginseng macéré, etc.

Enfin, n’oublions pas le saté, un condiment à base d’épices, de sésame, de crevettes et de cacahuètes entre autres ingrédients, et qui servira aussi bien à faire des barbecues, des soupes ou des sauces.

Les prix sont très abordables, puisque nombre d’articles coûtent moins d’un euro !

Si cet article vous laisse sur votre faim, c’est parce qu’on n’avait pas toute la matinée devant nous (il fallait bien qu’on mange nous aussi !) Mais il ne tient qu’à vous de découvrir plus avant les richesses de la gastronomie asiatique en y allant flâner à l’occasion. Bon appétit !


Le meilleur savon du monde

A la redécouverte du patrimoine vivant.

 

Le savon de Marseille traditionnel aura traversé les siècles et survécu à toutes les tourmentes de l’histoire, résistant aux lessives et autres produits chimiques des temps modernes, il est aujourd’hui redécouvert pour ses multiples usages et pour sa qualité naturelle. C’est en compagnie de Serge Bruna, en la "Savonnerie de La Licorne" du Cours Julien que nous allons à la rencontre d’un produit légendaire qui a su conquérir le monde.

Koinai. - Pouvez-vous commencer par vous présenter ainsi que votre entreprise ? Serge Bruna. - Serge Bruna, je m’occupe de la "Savonnerie marseillaise de la Licorne". Cette société est une des dernières à fabriquer du savon à Marseille, du savon traditionnel, classique, par savon classique nous entendons le cube, la grosse savonnette et on a également développé une gamme de savons un peu plus (...)

Pélérinage au sanctuaire des navettes

Au commencement était une barque...

 

Nicolas Imbert est un homme heureux, chaque jour une flottille de navettes sort de son four pour le plus grand bonheur de ses clients. La plus vieille boulangerie de Marseille dont il est responsable, fête cette année son deux cent trentième anniversaire. C’est en ce lieu que sont fabriquées dans le secret les fameuses navettes de St-Victor. Portrait-interview d’un homme qui conjugue son métier avec la passion d’un savoir-faire inscrite dans la lignée de ceux qui l’ont précédé.

Koinai. - Pouvez-vous commencer par vous présenter ? Nicolas Imbert. - Je suis Nicolas Imbert, patron du four des navettes qui est la plus vieille boulangerie de Marseille, et qui fait notre grande spécialité que sont les navettes. K. - Vous êtes donc indissociable de St-Victor... ? N I. - On n’est pas frères ni sœurs, mais alors vraiment on a une histoire commune, puisque la grande tradition (...)
À lire aussi dans la rubrique « Inventaires »
  • Le marché des Capucins

    A Noailles, les commerces (formels et informels) proposent une diversité singulière de marchandises et de services, des spécificités qui répondent notamment aux besoins des populations migrantes : fruits, légumes et (...)

  • Nourritures et frontières d’altérité

    Depuis l’ère colo­niale jusqu’au « vil­lage pla­né­taire », l’emprunt des ali­ments ou des épices et l’inte­rac­tion des cui­si­nes des uns par les autres ont mijoté. Les toma­tes, aujourd’hui pré­pa­rées à tou­tes les sau­ces, et (...)

Inventaires
  • Les petits plats des grands travailleurs

    Moi, j’aime bien man­ger, donc j’aime bien tou­tes les cui­si­nes (rire)! C’est sûr que un bon plat tchè­que, c’est bon mais après, j’aime bien aussi les cui­si­nes médi­ter­ra­néen­nes, la cui­sine où y’a beau­coup de légu­mes (...)

  • Les recettes de Ramasy

    Le riz qu’on avait servi avait porté un nom assez poé­ti­que : « les riziè­res d’Andrianampoinimerina », c’est-à-dire le riz tiré des riziè­res du der­nier roi mal­ga­che qui avait vécu dans les années 1800. La dinde aussi avait (...)

  • Délices iodés

    Quand on consomme des huî­tres, y’a quand même cette iode qui donne un peu la patate, quoi, comme un café. Les vio­lets, c’est beau­coup plus iodé ; c’est vrai que moi, le matin, quand ils sont frais et pour avoir un petit (...)

  • Comment tu fais la sauce ?

    Ici, c’est rare les gens qu’ils puis­sent vrai­ment se déten­dre, que là-bas déjà c’est quel­que chose de sacré, et puis même un pau­vre dans un coin de rue qui man­geait un mor­ceau de pain avec un mor­ceau de pas­tè­que ou un (...)

  • Des produits qui viennent… d’un peu de partout !

    Ça, c’est de la car­da­mome : c’est pour cor­ser, pour don­ner un peu de goût, pour par­fu­mer les plats sucrés ou salés. On en met nous à Djibouti dans le thé, dans le café, dans le riz, un peu de par­tout… C’est exci­tant (...)

  • « Leur meilleur plat préféré »

    Ils viennent chercher un petit peu les saveurs d’Afrique, quoi, donc bè, c’est pour savourer la cuisine sénégalaise et africaine. Surtout les Européens qui viennent ici, les Marseillais, c’est surtout pour les (...)

  • Manger, une pratique culturelle

    En défi­ni­tive, la cui­sine serait une sorte de « lan­gage dans lequel cha­que société code des mes­sa­ges qui lui per­met­tent de signi­fier au moins une par­tie de ce qu’elle est (1) », mais aussi le moyen de clas­ser (...)

  • Les interdits alimentaires

    L’adhé­sion et la cohé­sion du « nous » s’élaborent par le par­tage de valeurs et de pra­ti­ques col­lec­ti­ves. Cette appar­te­nance est notam­ment mar­quée par le res­pect de pros­crip­tions (...)

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propuls� par accatone/resurgences
humanités numériques, big data et politiques publiques
Ecole du code et du data, chantier d'insertion numérique